Un F-16 norvégien et un Mig russe évitent de justesse la collision

Un F-16 norvégien a failli entrer en collision avec un Mig russe, selon ces images diffusées dimanche 30 novembre par l’armée norvégienne. Sur la vidéo, filmée depuis le cockpit du F-16, on peut voir le second appareil apparaître soudainement par la droite, déclenchant un « Nom de Dieu ! » chez le pilote norvégien obligé de virer sur la gauche pour l’éviter. « Ce n’est pas un comportement normal de la part du pilote russe », a déclaré mardi à l’AFP un porte-parole des forces armées norvégiennes, Brynjar Stordal, qui a précisé que les appareils n’étaient qu’à environ 20 mètres l’un de l’autre. « On ne sait pas s’il s’agit d’un mauvais calcul de sa part ou bien s’il s’est mis délibérément sur la route de notre F-16 », a-t-il ajouté. Les interceptions d’appareils russes à proximité des pays de l’OTAN ont atteint 400 cas cette année, soit 50 % de plus que l’an dernier.


Collision évitée de justesse entre un F16… by lemondefr

Référence : http://www.lemonde.fr/europe/video/2014/12/02/un-f-16-norvegien-et-un-mig-russe-evitent-de-justesse-la-collision_4532850_3214.html

Saint-Brice-en-Coglès. Sans licence, le pilote a acheté l’avion sur internet !

http://www.ouest-france.fr/accident-davion-saint-brice-le-pilote-navait-pas-le-droit-de-voler-3010532

Jeudi, un avion a atterri en urgence après avoir heurté une ligne haute tension. Le pilote a tenté de fuir. Et pour cause : il n’avait pas la licence de pilote.

Le pilote et son passager l’ont échappé belle. Hier, vers 17 h, ils étaient à bord d’un petit avion quatre places lorsque, victime d’une avarie, l’appareil a heurté une ligne haute tension au-dessus de la station-service Super U de Saint-Brice-en-Coglès (près de Fougères). L’avion a effectué un atterrissage d’urgence dans un champ situé à proximité.

Tentative de fuite

Le pilote et son passager, légèrement blessés, n’ont pas attendu l’arrivée des secours. Ils ont tenté de prendre la fuite en demandant de l’aide à un agriculteur, témoin de l’accident. Ce dernier a préféré les orienter vers les secours et les gendarmes qui se rendaient sur les lieux.

Acheté sur internet

Les deux hommes ont alors tenté de voler sa voiture, puis ont finalement pris la fuite à pied. Les gendarmes les ont rattrapés quelques minutes plus tard.

Ils ont rapidement découvert que le pilote n’avait pas de licence pour piloter cet avion. L’homme, venant de la région de Fougères, connu de la justice pour des escroqueries, aurait acheté l’appareil sur le site spécialisé dans l’aviation, Occasion’ Air.

Garde à vue

Après son passage à l’hôpital, il a été placé en garde à vue, ce vendredi, à la brigade des transports aériens de Saint-Jacques-de-la-Lande qui est chargée de l’enquête.

Le pilote perd son bras, l’atterrissage en pâtit

Article trouvé sur

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/08/14/le-pilote-perd-son-bras-latterrissage-en-patit/

C’est ce qu’on pourrait appeler un bras d’honneur à la sécurité aérienne. Alors que l’appareil de la compagnie aérienne Flybe, parti de Birmingham, avait dépassé le dernier coude de la Lagan River et préparait son atterrissage à Belfast, le 12 février, les 47 passagers du vol ne se sont pas doutés de la scène rocambolesque qui se déroulait en cabine et dont la BBC révèle la teneur.

Le maître à bord, un virtuose du manche de 46 ans, avait, comme il se doit, débranché le pilote automatique pour avoir les coudées franches. Mais, alors qu’il entrait dans la phase finale de sa descente, le pilote a dû changer son fusil d’épaule. La prothèse orthopédique de son avant-bras gauche s’est en effet détachée de son harnais, « le privant du contrôle de l’appareil », note dans son rapport l’Air Accidents Investigation Branch, l’organisme britannique chargé des enquêtes sur les accidents aériens.

Spontanément, l’homme s’est tourné vers son bras droit, le copilote, afin que celui-ci reprenne la main sur les commandes de l’appareil, un Dash 8. Mais l’urgence de l’atterrissage rendait impossible à son voisin, pris au dépourvu, de prendre le problème à bras-le-corps. D’une main de maître, le pilote a donc lâché le manche de vitesse pour attraper celle de la trajectoire. « Du fait des gaz toujours actifs et d’une possible rafale ayant affecté l’avion, l’atterrissage qui s’est déroulé normalement a été suivi d’un rebond de l’avion qui s’est alors posé lourdement », précise le rapport d’enquête.

La compagnie Flybe a commenté l’incident en rappelant que le pilote, loin d’être un bras cassé, était « l’un de ses pilotes les plus expérimentés et les plus dignes de confiance », et qu’en aucun cas la sécurité des passagers avait été menacée. Un responsable a indiqué que des mesures avaient toutefois été mises en place afin que cet incident ne se reproduise pas.

Selon l’AAIB, le pilote a pour sa part confirmé qu’à l’avenir il vérifierait mieux le système d’attache de sa prothèse. Il informera également ses futurs copilotes du risque de voir un tel incident se reproduire et de la nécessité de se serrer les coudes afin de ne plus jamais perdre le contrôle de l’appareil.

Aller à la barre d’outils